Forum Ciel Extrême

Forum dédié à l'observation du ciel profond
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xavierc
ancien


Nombre de messages : 84
Age : 44
Localisation : Fontenay sous bois(94)
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2   06/04/11

Nuit 2 : du 28 au 29 janvier 2011. 11 dessins, observations 5714 à 5724
------------------------------------------------------------------------

Episode précédent :
http://cielextreme.bbfr.net/t345-nuits-cristallines-estivales-du-coquimbo-episode-1

Sur des sentiers partiellement déjà explorés la première nuit...

Revoir les étoiles du sud, ça se mérite. Je paye comme à chaque fois un lourd tribut à la fatigue du voyage. Déjà une nuit dans la besace, et après le repas du soir, je m'écroule de fatigue. Heureusement que l'indispensable réveil dans la valise m'offre des plages de sommeil maîtrisées. Après un cycle de sommeil, je monte à l'observatoire à 23h30, le Strock m'y attend déjà, ainsi que mes compagnons astronomes.

Jeff a sorti son Flying Dobson monté dans la journée, et Névé papillonne entre ce 300 et la Télévue, et le C14 aux commandes duquel se trouve le vaillant capitaine PierredeLune/Vesper.

Je continue mon petit tour de la veille, ou plutôt devrais-je dire du matin même, dans la Dorade toujours du côté de la grosse araignée et de thêta Dorade.

NGC1898 sera mon premier amas globulaire de la nuit, d'une magnitude de 11.4 à 3° sud de thêta Doradis.
Je remarque qu'il n'est pas à la position prévue sur la carte sortie avec l'ordinateur, 5' plus haut que prévu. Mais pas de doutes, c'est bien lui, facile, faible et cotonneux à 150x. Quelques petits nuages autres que de Magellan passent via l'est et contrarient légèrement les observations.



Le champ suivant, à 1°, montre plusieurs amas ouverts, NGC1913, 1916 et 1910.

Je commence par NGC1913, et son inconnu voisin à 4'. Ils sont tous 2 faibles et faciles, partiellement résolus à 150x et 218x.
Un petit vent frais s'est levé, va-t-il chasser les nuages? En tout cas, il a poussé Pierre vers sa chambre, les 40h sans dormir n'ont pas encore été remboursées à son corps.



En remontant d'un chouïa vers le nord, je trouve facilement le bleuté NGC1916, amas ouvert aux faux airs de globulaire, très condensé à 218x, et montrant quelques étoiles très faibles à perceptibles. C'est le plus chouette du coin. Et les nuages ont eu le bon goût de nous oublier pendant ce temps.



Encore un poil de poussée vers le nord, et voici NGC1910, nettement plus discret. A 218x, il est petit, assez faible, condensé, peu fourni, et enveloppé dans un léger voile qui le cache pudiquement des astrovoyeurs.



La mi-nuit arrive (à savoir 2h du matin). Minuit? Que nenni! Comme quoi des légendes urbaines perdurent!

Je rends visite au losange, au diamant voisin du Grand Nuage, la constellation du Réticule, une sorte de lentille bi-convexe, quoi!

Je n'ai pas à chercher bien loin de son étoile principale, alpha, pour trouver la petite galaxie NGC1534 de magnitude 12.8 et de 2' par 1').
C'est une petite tache très faible, diffuse, aux limites incertaines à 150x.



A proximité immédiate, sa voisine NGC1529 atteint la barre de la magnitude 13.4. Allongée et très faible, ce ciel de folie la rend étonnamment facile à 150x.


Je rends visite à un autre couple de galaxies, NGC1490 et 1503, dans le voisinage immédiat de la vice-présidente du Réticule, bêta.

NGC1503 a la même magnitude que la dernière visée, et lui ressemble en visibilité et allongement (juste un peu plus renflée).


Mes comparses astronomes survivants sont partis dormir un coup sous la coupole, car grande amélioration depuis le dernier séjour, Raymond a installé un lit double place dans l'observatoire. Ce salvateur meuble permet de faire un somme en cas de gros coup de barre, et évite de devoir redescendre pour ça, repoussant donc l'issue fatale d'avoir la flemme de remonter ensuite du gîte. Nous lui ferons tous honneur à un moment ou à un autre de ce séjour!

Pour ma part, je tiens la cadence, et dessine le compagnon de NGC1503, un peu séparé certes, NGC1490 de magnitude 12.4. Cette île extra-galactique est faible, diffuse, évanescente, et Ho Horreur! Des nuages revenus Dieu sait d'où passent par instants dessus.
Jeff et Névé ont émergé des limbes de Morphée, pour redescendre dans la foulée au gîte, mais ils reviendront ensuite avant d'aller se coucher à cause d'autres nuages.



Je remonte fortement en déclinaison rendre visite à une constellation que vous connaissez, le Grand Cabot dit aussi Grand Chien. Il est encore assez haut à cette heure mais a quitté la difficile zone de pointage zénithal. Au pied du Chien, lambda reste très basse chez nous, à gratter la Terre en bon chien. Presque un territoire vierge pour mes yeux, aux confins du Grand Chien, et de la Colombe.

Il s'y trouve notamment un bel amas ouvert, du genre partiellement résolu comme je les aime particulièrement.
NGC2243, de magnitude 9.4, compterait au bas mot une centaine d'étoiles plus faibles que la magnitude 11.8 dans un cercle de 13'. A 150x, sur un fond faible, il montre beaucoup d'étoiles assez faibles à perceptibles, beaucoup étant vues fugitivement. La partie Est fourmille. Malheureusement, la Lune et des nuages arrivent par l'est, ainsi que la fatigue, tandis que Jeff et Névé reviennent, pas de bol pour eux, avec ces nuages.



Je profite de l'écran de ces nuées pour aller me reposer une heure sur le lit pendant un gros passage nuageux, tandis que mes deux compagnons vont finalement se coucher, peut-être un peu dépités par ces nuages obscurs trop proches de nous. Le vent se lève sur la fin de 4h et redégage le ciel.

La Croix du Sud est bien levée, je fonce dans cet emblème austral voir les amas ouverts NGC4349 et 4052, respectivement de magnitude 7.4 et 8.8.

A 109x, NGC4349 est si fourni qu'il est ardu de savoir où il s'arrête, le fond stellaire étant riche alentours. Plein d'étoiles assez faibles à limites s'y déroulent en rubans de doubles. Facile à pointer à 1.5° nord-ouest d'alpha Cruxis.


L'aube arrive, bientôt 6h!

Vite vite, le Strock bascule sur NGC4052 à une Lune au nord-ouest de thêta de la Croix.
Il est assez fourni mais moins riche que son prédécesseur à 150x. Ses lignes d'étoiles lui donnent un aspect carré. Quelques étoiles assez brillantes dominent des troupes d'étoiles assez faibles à perceptibles.



6h10, l'aube m'enveloppe d'une intense fatigue, seul sur la colline. Un repos bien mérité m'attend, avec à la clé des rêves étoilés en perspective...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xcamer.perso.sfr.fr
mnicole01ca
ancien
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 71
Localisation : Montréal, Canada
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2   06/04/11

Salut xavierc !

Une deuxième nuit sous les étoiles (et quelques nuages Sad) et tu te concentres toujours sur des petites taches faibles autour de grands classiques du ciel du Sud. Quelle discipline ! Shocked

De tous les objets que tu as mentionnés jusqu'à maintenant, il n'y en a qu'un seul qui figure également sur ma liste pour l'automne prochain ... NGC 2243 un joli amas ouvert dans le Grand Chien. Ce sera mon troisième voyage au Chili et j'en suis encore à découvrir les splendeurs du ciel du Sud. Les petites taches, que j’affectionne pourtant beaucoup sous le ciel du Nord, ne sont pas encore au programme pour le Chili.

J'aimerais savoir, si tu veux bien, ce qui te motive dans le choix de tes cibles ?

Bye,
Michel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xavierc
ancien


Nombre de messages : 84
Age : 44
Localisation : Fontenay sous bois(94)
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2   06/04/11

Bonjour Michel

ces cibles faibles sont un échauffement des premières nuits, du lourd et du très lourd arrivent, patience.

J'ai aussi, au bout de 3 voyages écumé déjà pas mal de célébrités du coin.

J'aime sortir des sentiers battus, et l'approche systématique par le dessin ne me pousse pas à m'attaquer à des monstres très durs à dessiner les premières nuits. Mais j'ai fini par trouver l'énergie de les dessiner plus tard pendant le séjour.

Rappelle-toi mes dessins des 2 autres séjours, il y avait de la Tarentule, de l'Oméga du Centaure et du 47 Toucan, du NGC253 parmi d'autres célébrités, mais pas les premières nuits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xcamer.perso.sfr.fr
mnicole01ca
ancien
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 71
Localisation : Montréal, Canada
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2   06/04/11

Merci xavierc!

xavierc a écrit:
..., patience.
Bien sûr ! Very Happy Mais j'ai quand même hâte à la suite. Wink

Bye,
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bébé 8 mois ne fait pas ses nuits
» bébé 8 mois ne fait pas ses nuits et se retourne!
» Cauchemards horrible quasi toutes les nuits
» nuits a 3 ans
» Mon fils de 3 ans se reveille toutes les nuits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Ciel Extrême :: Observations (visuelles, dessins, objets,...)-
Sauter vers: