Forum Ciel Extrême

Forum dédié à l'observation du ciel profond
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xavierc
ancien


Nombre de messages : 84
Age : 43
Localisation : Fontenay sous bois(94)
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4   30/04/11

Nuit 4 : du 30 au 31 janvier 2011. 15 dessins, observations 5739 à 5753
------------------------------------------------------------------------

Episode précédent :
http://cielextreme.bbfr.net/t349-nuits-cristallines-estivales-du-coquimbo-episode-3

Orgie de galaxies...

En arrivant sur la colline de l'observatoire, je constate que Raymond m'a fait une blague : il a mis le nouveau 406 trop près de la bâche sur laquelle je pose mon 254. Du coup il se retrouvait dans les directions de visée au sud de mon Strock.

Bon, je déplace mon petit léger, pas question de négocier avec un gros télescope corpulent d'au moins 50 kgs! Je trouve un endroit plus à l'est, qui m'envoie à l'écart. Seul Pierre sera plus à l'extérieur lors de ses séances de prises de vue.

Cette nuit sera dédiée principalement aux galaxies, du Toucan à l'Eridan et le Lièvre, en passant par l'Horloge.

Direction le Grand Sud vers le Toucan, qui abrite aussi une de nos galaxies satellites, le Petit Nuage de Magellan.

A 2° est de delta du Toucan, la petite NGC7358 de magnitude 12.6 est un ovale faible à très faible à 150x.


Dans le même champ se trouve un couple en interaction, intéressant, IC5250( magnitude 11.1) et IC5250A( magnitude 11.2). Elles sont faibles et baignent dans un halo commun à 150x.


Descendant un degré et demi au sud-ouest, j'arrive sur la très diffuse NGC7329 de magnitude 11.8. Sa forme est difficile et son centre ponctuel à 109x. Je la trouve très faible pour sa magnitude. Le grossissement de 150x est inexploitable. Est-ce la présence d'un peu d'humidité qui lui fait perdre de sa superbe?


Au fur et à mesure de ces dessins, les galaxies gagnent en taille sur le papier, ce qui va se vérifier sur les 2 galaxies suivantes dans l'Horloge.

Ah l'Horloge, cette improbable constellation bouche-trou aux étoiles de magnitude 5, une sorte de vide stellaire, de plénitude entre la furie du fleuve Eridan jaillissant d'Achernar à l'ouest, et le diamant du Réticule, le Burin, et la Dorade (qui veut retourner dans les eaux eridanesques) à l'est!

Si vous vous rappelez les CROAS du précédent séjour, le vide apparent de l'Horloge cache de belles galaxies, dont NGC1249 de magnitude 11.5 à 4° est d'êta Horlogium.
C'est un faible ruban argenté et diffus à 109 x et 150x.


Plus subtil encore, ESO154-G23 m'a été inspiré par Splendeurs du Ciel Profond volume 5. De magnitude 12.2 mais d'une pâleur extrême, elle m'apparaît très faible à perceptible à 109x évanescente, mal délimitée. Et le coup de fatigue de minuit qui passe n'aide pas.


Après, je suis le cours du fleuve Eridan, mais à partir du méandre des tau 1 à 9, boucle dominant le Fourneau au sud-ouest.

NGC1301 de magnitude 13.3 à 2° nord de tau 4 (16 Eri) est un petit fuseau faible à 150x, dont une buée très inhabituelle gêne l'observation.


Cette étoile repère est aussi le point d'entrée vers le groupe de galaxies NGC1315-1332 à 1.5° à l'est de tau 4. Ce groupe dominé par NGC1332 de magnitude 10.5, m'a montré plus ou moins facilement 6 galaxies, la plus faible étant NGC1331 de magnitude 13.2, la plus facile NGC1332, et la plus difficile à voir, car très diffuse, NGC1325A. La magnitude moyenne du groupe est inférieure à 12.8. De haut en bas sur le dessin, défilent NGC1315, 1319, 1325, 1325A, 1332 et 1331.


Comme il était trop présomptueux dans sa course contre la tortue, j'ai pu rattraper le Lièvre et m'accrocher à ses galaxies.
Il était temps, je n'ai que trop attendu, car il accompagne déjà Orion dans sa chute vers l'horizon, les 2 constellations étant allongées à l'horizontal en prévision de leur coucher.

NGC1964 de magnitude 10.7 est facile à trouver à 1.5° sud-est de bêta du Lièvre. Assez étendue à 150x, elle montre un centre assez brillant, cerné par un pourtour graduellement faible à perceptible, diffus.


Mes dents se rappellent à mon souvenir car en attente d'un bridge (coût d'un voyage au Chili), mon pansement dentaire se fait la malle. Heureusement sans mal! Mais les cotonnades célestes des galaxies semblent en phase avec celles de cette dent.

La nuit se poursuit insensible à ces désagréments, 1 petit degré plus au sud, avec NGC1979 de magnitude 11.8. Elle est ronde, faible et petite à 150x.


Je laisse le Lièvre filer sous l'horizon, et vais me coucher une demi-heure sur le lit de l'observatoire.
Requinqué, je remonte vers le pivot du ciel austral, la constellation de l'Octant, où j'avais laissé un amas ouvert inexploré, Melotte 227. A 3° sud-ouest de la discrète alpha, cet amas de magnitude 5.3 est une belle surprise, bien qu'un peu bas. J'ai quitté la chaise au profit du bas banc pour le dessiner assis.
Des étoiles très brillantes dominent une quarantaine d'étoiles assez faibles à limites dans un champ étendu.


Pour les 2 dernières heures de nuit, je termine sur des nébuleuses diffuses et amas ouverts du Grand Nuage de Magellan dans la Dorade.
Direction le secteur de la Tarentule, que j'admire au passage, toujours aussi enchevêtrée en relief, verte et complexe.
Saut à 1,5° au nord sur la belle nébuleuse de la Mouette, méconnue dans l'ombre de la Tarentule, et elle aussi verte et structurée, et de là, un degré à l'ouest pour atteindre mon objectif.

L'amas ouvert NGC1955 de magnitude 9 dévoile ses étoiles de magnitude 11.3, peu nombreuses, assez faibles à perceptibles à 150x et 109x. La belle surprise vient de la faible nébuleuse par émission qui se superpose et réagit bien au filtre OIII.


Dans le même champ, les 2 subtiles nébuleuses NGC1968 et 1974 se dévoilent à la limite, vues en vision directe uniquement avec le filtre OIII. Elles abritent chacune un amas ouvert facile et faible.


Les moucherons sont revenus m'embêter. Ont-ils été attirés par la lumière de Vénus tout juste levée à 5h?
Je repars de la Grosse Araignée (ah, si elle pouvait me débarrasser de ces zélés ailés!) pour atteindre l'amas ouvert NGC1994 à 1° de son couchant.
Même à 218x, cet objet assez brillant (magnitude 9.8) mais minuscule (1'), est à peine résolu en étoiles très serrées (magnitude 12.6). Il n'est pas solitaire dans cette zone ( a poor lonesome open cluster), avec des copains amas ouverts dont quelques timides anonymes.


Je rends visite à son voisin NGC1967 de magnitude 10.8, qui, au même grossissement, est plus grand, à la limite de résolution, assez faible. Je lutte aussi contre la fatigue de fin de nuit.


Enfin, je termine sur NGC2118 de magnitude 12, à 1° est de la Tarentule. Faible dans l'aube il est non résolu et flou à 218x.


L'humidité aura été assez forte cette nuit, avec même un peu de buée et les affaires sont trempées à l'aube.
Je remballe à 6h10 après une promenade touristique dans la Carène, qui me motive pour bientôt dessiner quelques grosses stars d'Argos!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xcamer.perso.sfr.fr
yapo
Admin
avatar

Nombre de messages : 614
Age : 45
Localisation : fontenay-sous-bois
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4   30/04/11

aie aie aie, magnifique !

Une belle moisson, avec les anecdotes qui vont bien. On dirait un article de Ciel Extrême, dis donc cyclops

Ces cibles sont trop australes pour moi, mais j'irai un jour, j'irai... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrosurf.com/cielextreme
mnicole01ca
ancien
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 70
Localisation : Montréal, Canada
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4   30/04/11

Je suis bien d'accord avec Yann ... une autre superbe nuit sous ce ciel magnifique. Very Happy

J'ai en ai profité pour ajouter quelques objets à ma liste dont ngc7358 dans le Toucan qui me semble bien intéressante avec ses nombreuses voisines. Smile

Humidité et moucherons ... assez inhabituel dans cette région j'imagine. Mad

Bye,
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xavierc
ancien


Nombre de messages : 84
Age : 43
Localisation : Fontenay sous bois(94)
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4   02/05/11

Merci à vous!

Et j'ai dans la besace quelques gros morceaux du ciel austral, vous n'avez encore rien vu!

J'étais étonné pour l'humidité et les moucherons, Michel. Est-ce l'été chilien ou le changement climatique qui est en cause? Une seule solution pour s'en assurer, y retourner à la même saison! Et voilà un prétexte tout trouvé pour un autre voyage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xcamer.perso.sfr.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuits cristallines estivales du Coquimbo : épisode 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bébé 8 mois ne fait pas ses nuits
» bébé 8 mois ne fait pas ses nuits et se retourne!
» Cauchemards horrible quasi toutes les nuits
» nuits a 3 ans
» Mon fils de 3 ans se reveille toutes les nuits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Ciel Extrême :: Observations (visuelles, dessins, objets,...)-
Sauter vers: