Forum Ciel Extrême

Forum dédié à l'observation du ciel profond
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 162 ans plus tard…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yapo
Admin
avatar

Nombre de messages : 614
Age : 46
Localisation : fontenay-sous-bois
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: 162 ans plus tard…   17/03/15

Ce qui suit est certainement -pour une large part- romancé, mais reste balisé par des faits historiques établis, ce qui suffira à assoir sa véracité. J'aurai également pu intituler cet épisode "Trois références perdues du NGC enfin identifiées", mais vous pourrez également proposer votre propre titre une fois cette lecture terminée.

Par une belle nuit de mai 1853, George Philip BOND menait obstinément un travail astronomique de routine. Pourtant, l'instrument utilisé et l'observatoire l'hébergeant n'avaient rien d'ordinaire pour l'époque. Pensez-donc : une lunette de 381mm de diamètre sous la coupole principale de l'illustre observatoire du Collège d'Harvard aux Etats-Unis ! Pourtant le travail dévolu à cet astronome (et son équipe) ne pouvait être que répétitif et fastidieux puisqu'il s'agissait de recenser le maximum d'étoiles jusqu'à la magnitude 11 dans les "zones d'Harvard" (une bande de ciel à 1° au Nord de l'équateur), de noter chaque position et d'estimer chaque magnitude.


Lunette d'Harvard : optique achromatique de Merz, ø381mm à F/18, mise en service en 1846 (©Harvard University Archives).

Fils du premier directeur de l'observatoire, William Cranch BOND, George était membre de l'équipe d'assistants de cette institution parmi les plus importantes aux USA dédiées à la science d'Uranie. Ce travail de recensement stellaire débuté en 1852 convenait parfaitement à son caractère patient et méthodique ainsi qu'à son désir d'homogénéité dans les résultats obtenus. Cela allait d'ailleurs l'amener à poursuivre cette entreprise jusqu'en 1860, soit après la mort de son père et sa promotion à la tête de l'observatoire…


Observatoire du collège d'Harvard vers 1865 (©Harvard University Archives).


Situation dans la coupole, schéma de 1856. Notez la monumentale chaise pour l'observateur. (©Harvard College Observatory).

Au cours de cette fameuse nuit, donc, à proximité de l'étoile n°118 de la zone horaire 54 (un astre qu'il estima de magnitude 11), George nota la présence de trois nébuleuses proches dans le champ de son micromètre en mica grossissant 141x. Bien que ce ne fut pas l'objectif premier de son travail, il nota la position de celles-ci, comme le faisaient également ses collègues lorsqu'une nébuleuse "équatoriale" était décelée. Le caractère mystérieux de ces objets bien mal compris à cette époque rendait leur recensement éminemment important. A leur propos, il stipula dans son carnet de notes :

"Une nébuleuse ronde précède [l'étoile] 118 de 39 secondes, à 7' Nord de celle-ci. Une nébuleuse plus faible suit 118 à 6 secondes et 4' Nord. Une autre nébuleuse précède 118 à 2 minutes 30 secondes et se trouve à la même déclinaison que 118." [On retrouve ces notes dans la marge de la page 283 des Annales de l'observatoire pour 1852-3 (volume 1, partie 2).]


Exemple du champ d'environ 12' d'arc offert par le micromètre de BOND. (©Harvard College Observatory).

Puis, imperturbable, George reprit avec abnégation son arpentage céleste à l'aide de la grande lunette, car après tout, les nébuleuses n'étaient pas son soucis principal : il avait déjà bien à faire avec les étoiles…

Ces trois nébuleuses furent citées fidèlement par Arthur AUWERS (Astronomische Beobachtungen auf der Koniglichen Unversitats-Sterwarte zu Konigsberg, volume 34, p.227, nébuleuses n°32, 33 et 34) en 1862, ainsi que par le découvreur lui-même dans une liste de nouvelles nébuleuses parue en 1863 (List of new nebula and star clusters seen at the observatory of Harvard College, p. 5, sous les numéros respectifs 20, 21 et 19) et dans le célèbre journal Astronomische Nachrichten (volume 61, n°1453, p.195, nébuleuse n°20, 21 & 22), avec des coordonnées quasi-similaires.

Pourtant, AUWERS décidait le 15 avril 1861 de diriger son héliomètre vers ces nébuleuses et il rapporta à leur propos : "[...] und die drei Bond'schen in 13u und 14u nicht bestimmt zu erkennen" que je traduirais par "[...] et les trois nébuleuses de Bond à 13h et 14h n'ont pas été reconnues avec certitude".  


Arthur AUWERS, l'héliomètre (achromatique de Bessel, ø159mm à F/16.3, mis en service en 1829) et l'observatoire Königsberg à Göttingen. (©Wolfgang Steinicke).

Ensuite ces nébuleuses furent citées dans le "General Catalogue of Nebulae and Star Clusters" de John HERSCHEL en 1864 (Phil.Trans., vol.151, p.116, sous les numéros 3898, 3912 et 3918) et enfin également dans le fameux "New General Catalogue" de John DREYER en 1888 (Memoirs of the RAS, vol.49, p.156, sous les numéros 5632, 5651 et 5658). Cependant, nul ne réussit à retrouver les nébuleuses de BOND depuis lors et ces objets sont encore actuellement non-identifiés dans les dernières versions historiquement corrigées du catalogue (comme par exemple sur le http://www.ngcicproject.org ou bien sur la version de http://www.klima-luft.de/steinicke/index_e.htm).

Non identifiées... jusqu'à samedi dernier. Je travaille actuellement sur une liste complète (autant que faire se peut) de références d'observations d'objets du ciel profond, parues de tous temps jusqu'à environ 1915. Chemin faisant, j'ai croisé les références citées ci-dessus et dans le cas particulier de ces objets, j'ai pointé la zone concerné sur un logiciel de cartographie (Guide, Project Pluto). C'est là qu'en élargissant le champ quelque peu, j'ai trouvé une coïncidence troublante entre la répartition spatiale relative des trois objets de BOND avec trois galaxies découvertes par William HERSCHEL bien auparavant, situées à une dizaine de minute vers l'E (2.2°).


William HERSCHEL et son télescope de 20-pieds (herschélien à miroir métallique, ø475mm à F/12.8, mis en service en 1786). (©Wikipedia & Royal Astronomical Society).

Il m'apparaissait alors légitime de supposer une erreur de BOND, ayant bien observé des objets "réels" mais leur attribuant de mauvaises coordonnées, ou à tout le moins, s'étant basé sur une mauvaise étoile de référence... Je partageais donc mon questionnement avec Wolfgang STEINICKE ("Observing an Cataloguing Nebulae and Star Clusters", 2010) et Harold CORWIN (NGC-IC project, http://haroldcorwin.net/).


Carte de champ avec en jaune les objets d'HERSCHEL (NGC 5719, 5713 & 5691), en blanc les objets de BOND (NGC 5658, 5651 & 5632) et en rouge les étoiles de références citées par BOND dans la première référence (118, 128 & 129). (©Wikipedia & Royal Astronomical Society).

S'en suivie une petite discussion par emails allant de l'enthousiasme à la prudence, mais les arguments ci-dessous font valider mon identification sans aucun doute pour CORWIN et avec de petites réserves pour STEINICKE [Edit: mais dans sa version du NGC/IC en date du 24 mars, il adopte ma version]. L'hypothèse retenue serait donc que BOND a bien observé les trois objets d'HERSCHEL, mais que les décalages mesurés l'ont été à partir de l'étoile #129 (et non pas #118 comme BOND le mentionne). Cela établit que NGC 5632 = NGC 5691, NGC 5651 = NGC 5713 et que NGC 5658 = NGC 5719.

Les arguments en faveur de cela sont les suivants :
-les écarts relatifs et d'orientations réciproques entre les objets sont quasi-identiques,
-l'allongement perçu sur NGC 5658 correspond à celui de NGC 5719,
-si l'on substitue l'étoile de référence #129 à #118, on tombe bien sur les objets d'HERSCHEL,
-l'objet d'HERSCHEL NGC 5713 est également noté par BOND sous une référence indépendante dans les Annales de la zone correspondante à sa position correcte (p.283, quelques lignes plus bas par rapport à sa description des trois nébuleuses) : "There is a small nebula between n° 128 and 129" [Il y a une petite nébuleuse entre l'étoile n°128 et n°129]; les mesures ayant été faites lors de nuits différentes, il est fort possible qu'il n'ait vu qu'une nébuleuse dans des conditions moins favorables (avec l'étoile de référence correcte) et qu'il en ait repérée trois lors d'une nuit plus transparente (avec une étoile de référence erronnée),

TO BE CONTINUED


Dernière édition par yapo le 04/10/16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrosurf.com/cielextreme
bb98
habitué
avatar

Nombre de messages : 37
Localisation : Issy Les Moulineaux
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   19/03/15

Belle manip ! Bravo
On attend la suite avec impatience
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïcé
ancien
avatar

Nombre de messages : 343
Localisation : Montreuil
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   30/04/15

Ah j'adore ce genre d'anecdote!
Yann, quand tu n'observes pas, tu passes tes nuits dans les archives? Twisted Evil Tu n'as pas mieux à faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yapo
Admin
avatar

Nombre de messages : 614
Age : 46
Localisation : fontenay-sous-bois
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   15/10/15

Wolfgang STEINICKE est maintenant convaincu lui aussi! La preuve dans sa mise à jour de la page de BOND : http://www.klima-luft.de/steinicke/ngcic/persons/bond.htm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrosurf.com/cielextreme
mnicole01ca
ancien
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 71
Localisation : Montréal, Canada
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   24/12/15

Salut Yann.

Grâce à Maïcé, qui m'a donné le lien, j'ai pu prendre connaissance de ce superbe article concernant "Trois références perdues du NGC enfin identifiées" que j'avais manqué lors de sa parution initiale.

Bravo pour ce travail de recherche méticuleux qui t'a permis de résoudre une énigme qui durait depuis 162 ans. Les éléments que tu as découverts ont permis de convaincre Wolfgang STEINICKE de la validité de ta conclusion ... encore Bravo.  cheers

Bye,
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yapo
Admin
avatar

Nombre de messages : 614
Age : 46
Localisation : fontenay-sous-bois
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   26/12/15

Merci Michel.

J'ai également identifié NGC 295 il y a quelques jours ! Il me reste à rédiger le compte-rendu de la recherche/trouvaille. Ce devrait être fait d'ici peu...

a + Yann
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrosurf.com/cielextreme
mnicole01ca
ancien
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 71
Localisation : Montréal, Canada
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   27/12/15

J'ai hâte de lire cet article sur NGC 295.

J'étais certain d'avoir déjà observé NGC 296 et d'avoir exploré les environs pour tenter de décourir la galaxie fantôme NGC 295. Malheureusement je n'ai pas trouvé de fiche d'observation sur NGC 296. Cela signifie probablement que ma première tentative n'était pas concluante et que j'attendais d'y revenir avant de compléter ma fiche d'observation. Cela alimente ma curiosité de voir ce que tu as découvert.

Bye,
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 162 ans plus tard…   

Revenir en haut Aller en bas
 
162 ans plus tard…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Destruction de Paris reporté à plus tard…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Ciel Extrême :: Articles Ciel Extrême-
Sauter vers: